Les arpèges au piano


Comme nous l’avons déjà vu, il existe deux façons de jouer un accord au piano : plaquer et arpéger. Les arpèges peuvent être utilisés dans deux cas :

  • Pour enrichir et accompagner un morceau. Dans ce cas, il est surtout à la main gauche, la main droite jouant la mélodie.
  • Pour accompagner un chanteur ou un autre instrument ou même jouer dans un groupe. Dans ce cas, il est surtout joué à la main droite. La main gauche est moins sollicitée, elle jouera soit la basse soit le même accord mais de façon plaquée.

L’arpège sur plusieurs octaves

Dans ce billet, nous allons nous focaliser sur étude de l’exécution d’un arpège sur plusieurs octaves. En effet, un arpège pourra être joué sur plusieurs octaves. Cela sera même très courant si vous le jouer de la main droite. A la main gauche un arpège dépasse rarement les deux octaves.

Prenons l’accord de Do majeur comme exemple, les trois notes de l’accord sont comme vous le savez : Do Mi Sol. Le fait de jouer l’arpège de Do majeur sur plusieurs octaves revient donc à jouer les notes Do Mi Sol sur plusieurs octaves successives.

Le plus difficile dans son exécution est le passage du pouce. L’exercice est, en effet, assez périlleux car le pouce doit « sauter » d’une octave à chaque fois. Il doit se faire en douceur afin de toujours garder les notes bien liées entre elles.

Les doigtés de l’arpège

Il existe deux types de doigtés selon que l’accord commence par une touche blanche ou une touche noire. Nous allons d’abord voir le premier cas. Le deuxième cas fera l’objet d’une autre étude.

Arpège montant (de la gauche vers la droite) :

  • Pour la main droite : Le doigté est le suivant : 1 2 3 1 2 3 1 2 3 (5).

C’est-à-dire : jouer la première note avec le premier doigt (le pouce), puis la seconde note avec le deuxième doigt, la troisième note avec le troisième doigt puis on recommence sur l’octave suivante avec le même doigté. Le passage de pouce se fera lors du passage à l’octave suivante. Si vous terminer l’arpège sur la première note de l’octave suivante il n’est plus nécessaire de faire un passage de pouce, il suffit de le jouer avec le cinquième doigt.

  • Pour la main gauche : Le doigté est le suivant : 5 4 2 1 4 2 1 4 2 1

C’est-à-dire : jouer la première note avec le cinquième doigt (le petit doigt), la deuxième note avec le quatrième doigt, la troisième note avec le deuxième doit puis la première note du prochain octave sera jouer par le premier doigt, il n’y a pas donc de passage de pouce lorsque l’on passe à l’octave suivante car la main n’a pas encore changé de position. C’est lorsque l’on jouera la deuxième note de la deuxième octave que la main va changer de position. Ici il ne s’agit pas à proprement parler d’un passage de pouce car c’est le deuxième doigt qui va faire un « saut » d’une octave.

Arpège descendant (de la droite vers la gauche) :

  • Pour la main droite : Le doigté est le suivant : (5) 3 2 1 3 2 1 3 2 1
  • Pour la main gauche : Le doigté est le suivant : 1 2 4 1 2 4 1 2 4 (5)

Nous n’allons plus nous étaler dessus car l’explication est assez similaire à celui de l’arpège montante, il est juste à signaler qu’ici l’arpège commence par la tonique de l’accord. Exemple pour l’arpège de Do descendante : on joue do sol mi do sol mi do etc …

Nos conseils pour bien travailler les arpèges

  1. Travaillez vos arpèges tous les jours
  2. Travaillez les deux mains (séparément puis les deux à la fois)
  3. Maitrisez bien un accord avant de passer à un autre (commencez par les accords sans touche noire le Do majeur, le Sol et le Fa puis passer aux accords comportant un dièse le Ré majeur, le Mi majeur et le La majeur et enfin le plus difficile Si majeur).

Vous aurez maitrisé vos arpèges lorsque vous arriverez à les jouer en fermant les yeux. D’ici là, exercez-vous, exercez-vous, c’est le seul moyen d’y arriver.

Enfin, si vous cherchez à développer à la fois votre technique et à apprendre à jouer des morceaux grâce aux conseils de professionnels et à des cours en vidéo, nous vous recommandons de jeter un œil au site Je Joue Du Piano. Créé par le pianiste consertiste Mathieu Papadiamandis, il constitue une référence dans l’apprentissage du piano par soi-même.