Les tablatures pour le piano

Les tablatures pour le piano

L’apprentissage du piano peut se faire selon des méthodes conventionnelles telles que le solfège, ou d’autres méthodes qui le sont moins, telles que le jeu d’oreille ou l’improvisation, ou encore l’apprentissage en ligne grâce aux tutoriels sur Internet. La tablature est une méthode originale d’apprentissage du piano, à mi-chemin entre le conventionnel et le non conventionnel…

Les tablatures, c’est quoi ?

Une tablature, c’est une technique de notation musicale par écrit. Elle consiste en un enchaînement de chiffres et de lettres puis de symboles divers, sur une table. La table désigne en quelque sorte la partition musicale que le pianiste aura en face de lui. Si la table désigne le support de la partition musicale que devra lire le pianiste, la tablature en revanche désigne la notation en elle-même.

La tablature pour piano est donc un système de transcription et de décryptage d’une œuvre musicale par le biais de chiffres et de lettres. Ce faisant, elle s’apparente dans sa fonction à la partition dans le système d’apprentissage par le solfège. Mais à la différence du solfège, la lecture des notations est encodée dans une combinaison de lettres et de chiffres agencés selon une logique bien précise.

L’intérêt de recourir aux tablatures

Le recours aux tablatures est une méthode facile d’apprentissage du piano. L’encodage des notations dans des combinaisons de chiffres et de lettres est en pratique plus facile à apprendre qu’une partition dans un solfège. Contrairement aux notations dans un solfège, les symboles utilisés sont pour l’essentiel connus de tous : des chiffres et des lettres. Tandis que dans la partition, il faut avoir appris le solfège pour être en mesure de déchiffrer puis d’interpréter les notes de musique. Autre avantage de la tablature piano par rapport au solfège, sa lecture est plus facile dans le sens où elle n’est pas aussi détaillée que la traditionnelle partition musicale. Et bien qu’il existe des tablatures complexes, celles-ci seront toujours plus faciles à lire qu’une partition simple, notamment pour des pianistes amateurs n’ayant pas appris le solfège.

Enfin, il faut savoir qu’il existe des tablatures en ligne faciles, qui permettent aux débutants comme aux amateurs de jouer des morceaux relativement simples avec un minimum d’efforts en termes d’apprentissage.

Le fonctionnement des tablatures

La tablature pour piano se base sur un système de chiffres et de lettres pour « partitionner » les notes de musique dans un langage accessible à tout un chacun, et notamment aux amateurs et débutants.

Les lettres utilisées dans une tablature correspondent aux notes dans une partition de solfège. Ces lettres sont : c/d/e/f/g/a/b. Voici les correspondances des lettres de la tablature avec les notes de solfège : le c correspond à « do », le d à « ré », le e à « mi », le f à « fa », le g à « sol », le a à « la », le b à « si ». Quant aux chiffres, ils représentent les octaves.

Comment lire une tablature pour le piano ?

Il existe des tablatures simples tout comme il y a des tablatures complexes, à l’image des partitions musicales.

Voici un exemple de tablature simple :

3|———c-d-e-f-|

2|-f-g-a-A———|

2|———c-d-e-f-|

1|-f-g-a-A———|

Le principe est qu’une tablature de piano se lit de la gauche vers la droite. La première chose que nous voyons sur la tablature, ce sont des chiffres. Ainsi qu’il a été dit, les chiffres 3/2/2/1 représentent l’octave dans ce système de notations. A chaque octave correspond une ligne de la tablature. Toute octave débute nécessairement par la clef de « c », c’est-à-dire la note « do ».

Les lettres représentent les notes de musique à jouer. Sur une tablature de piano, il existe des notes en minuscule et des notes en majuscule. Les lettres minuscules représentent les notes naturelles du clavier, en l’occurrence les touches blanches. Quant aux lettres majuscules, elles correspondent aux touches noires du clavier et sont appelées « dièses ». Les notes dièses peuvent ainsi s’écrire soit uniquement en majuscules A, C, D, F, G ou avec les symboles dièses A#, C#, D#, F#, G#. Ainsi, dans notre exemple ci-dessus, les notes dans la ligne 3 (première ligne) devront être jouées dans la troisième octave du clavier et devront systématiquement débuter en note « do » avec la clef de « c ».

Mais à côté des chiffres et des lettres, la tablature de piano comprend d’autres symboles spécifiques : le symbole « | », indique une transition entre les mesures ou une séparation entre les sections des notes. Dans notre exemple ci-dessus, il se situe juste après les chiffres représentant les octaves et en fin de chaque ligne. Un autre symbole systématiquement rencontré est le « – ». Le tiret indique un espacement à tenir entre chaque note. Ce symbole a donc une importance particulière du fait qu’il permet de jouer les soupirs et les silences dans la tablature.

Les limites de l’apprentissage du piano par le biais des tablatures

L’apprentissage du piano grâce aux tablatures est une méthode fiable mais qui a ses limites. En effet, rien ne vaut l’apprentissage d’une partition musicale par le biais du solfège. Ce dernier offre un apprentissage plus complet puisque la partition permet d’appréhender intégralement toutes les dynamiques et composantes d’une œuvre au piano. Ainsi, la tablature de piano est moins complète pour exprimer la rythmique d’un morceau musical, qu’une partition. C’est ainsi par exemple que la tablature exprime difficilement les temps de pause ou les silences entre des notes complexes.

Néanmoins, la méthode d’apprentissage par le biais des tablatures n’en est pas moins efficace, notamment lorsqu’elle s’adresse aux pianistes amateurs ou débutants. Toutefois, un approfondissement par le solfège est recommandé par la suite.

Cet article vous a plu ?
Rejoignez la newsletter ! Recevez de nouveaux conseils pour bien apprendre le piano toutes les semaines.
Indiquez simplement votre prénom et votre adresse email :
Prénom : Email :  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *