Les tablatures pour le piano


L’apprentissage du piano peut se faire selon des méthodes conventionnelles telles que le solfège, ou d’autres méthodes qui le sont moins, telles que le jeu d’oreille ou l’improvisation, ou encore l’apprentissage en ligne grâce aux tutoriels sur Internet. La tablature est une méthode originale d’apprentissage du piano, à mi-chemin entre le conventionnel et le non conventionnel…

Les tablatures, c’est quoi ?

Une tablature, c’est une technique de notation musicale par écrit. Elle consiste en un enchaînement de chiffres et de lettres puis de symboles divers, sur une table. La table désigne en quelque sorte la partition musicale que le pianiste aura en face de lui. Si la table désigne le support de la partition musicale que devra lire le pianiste, la tablature en revanche désigne la notation en elle-même.

La tablature pour piano est donc un système de transcription et de décryptage d’une œuvre musicale par le biais de chiffres et de lettres. Ce faisant, elle s’apparente dans sa fonction à la partition dans le système d’apprentissage par le solfège. Mais à la différence du solfège, la lecture des notations est encodée dans une combinaison de lettres et de chiffres agencés selon une logique bien précise.

L’intérêt de recourir aux tablatures

Le recours aux tablatures est une méthode facile d’apprentissage du piano. L’encodage des notations dans des combinaisons de chiffres et de lettres est en pratique plus facile à apprendre qu’une partition dans un solfège. Contrairement aux notations dans un solfège, les symboles utilisés sont pour l’essentiel connus de tous : des chiffres et des lettres. Tandis que dans la partition, il faut avoir appris le solfège pour être en mesure de déchiffrer puis d’interpréter les notes de musique. Autre avantage de la tablature piano par rapport au solfège, sa lecture est plus facile dans le sens où elle n’est pas aussi détaillée que la traditionnelle partition musicale. Et bien qu’il existe des tablatures complexes, celles-ci seront toujours plus faciles à lire qu’une partition simple, notamment pour des pianistes amateurs n’ayant pas appris le solfège.

Enfin, il faut savoir qu’il existe des tablatures en ligne faciles, qui permettent aux débutants comme aux amateurs de jouer des morceaux relativement simples avec un minimum d’efforts en termes d’apprentissage.

Le fonctionnement des tablatures

La tablature pour piano se base sur un système de chiffres et de lettres pour « partitionner » les notes de musique dans un langage accessible à tout un chacun, et notamment aux amateurs et débutants.

Les lettres utilisées dans une tablature correspondent aux notes dans une partition de solfège. Ces lettres sont : c/d/e/f/g/a/b. Voici les correspondances des lettres de la tablature avec les notes de solfège : le c correspond à « do », le d à « ré », le e à « mi », le f à « fa », le g à « sol », le a à « la », le b à « si ». Quant aux chiffres, ils représentent les octaves.

Comment lire une tablature pour le piano ?

Il existe des tablatures simples tout comme il y a des tablatures complexes, à l’image des partitions musicales.

Voici un exemple de tablature simple :

3|———c-d-e-f-|

2|-f-g-a-A———|

2|———c-d-e-f-|

1|-f-g-a-A———|

Le principe est qu’une tablature de piano se lit de la gauche vers la droite. La première chose que nous voyons sur la tablature, ce sont des chiffres. Ainsi qu’il a été dit, les chiffres 3/2/2/1 représentent l’octave dans ce système de notations. A chaque octave correspond une ligne de la tablature. Toute octave débute nécessairement par la clef de « c », c’est-à-dire la note « do ».

Les lettres représentent les notes de musique à jouer. Sur une tablature de piano, il existe des notes en minuscule et des notes en majuscule. Les lettres minuscules représentent les notes naturelles du clavier, en l’occurrence les touches blanches. Quant aux lettres majuscules, elles correspondent aux touches noires du clavier et sont appelées « dièses ». Les notes dièses peuvent ainsi s’écrire soit uniquement en majuscules A, C, D, F, G ou avec les symboles dièses A#, C#, D#, F#, G#. Ainsi, dans notre exemple ci-dessus, les notes dans la ligne 3 (première ligne) devront être jouées dans la troisième octave du clavier et devront systématiquement débuter en note « do » avec la clef de « c ».

Mais à côté des chiffres et des lettres, la tablature de piano comprend d’autres symboles spécifiques : le symbole « | », indique une transition entre les mesures ou une séparation entre les sections des notes. Dans notre exemple ci-dessus, il se situe juste après les chiffres représentant les octaves et en fin de chaque ligne. Un autre symbole systématiquement rencontré est le « – ». Le tiret indique un espacement à tenir entre chaque note. Ce symbole a donc une importance particulière du fait qu’il permet de jouer les soupirs et les silences dans la tablature.

Les limites de l’apprentissage du piano par le biais des tablatures

L’apprentissage du piano grâce aux tablatures est une méthode fiable mais qui a ses limites. En effet, rien ne vaut l’apprentissage d’une partition musicale par le biais du solfège. Ce dernier offre un apprentissage plus complet puisque la partition permet d’appréhender intégralement toutes les dynamiques et composantes d’une œuvre au piano. Ainsi, la tablature de piano est moins complète pour exprimer la rythmique d’un morceau musical, qu’une partition. C’est ainsi par exemple que la tablature exprime difficilement les temps de pause ou les silences entre des notes complexes.

Néanmoins, la méthode d’apprentissage par le biais des tablatures n’en est pas moins efficace, notamment lorsqu’elle s’adresse aux pianistes amateurs ou débutants. Toutefois, un approfondissement par le solfège est recommandé par la suite.

Comment apprendre le piano sans solfège?


L’apprentissage du piano passe quasi-nécessairement par le solfège. Pourquoi cet état de fait ? Est-il possible d’apprendre le piano sans solfège ?

Revenons, pour cela, sur ce que représente le solfège dans l’apprentissage du piano et voyons quelles sont les astuces audacieuses pour apprendre le piano sans solfège.

Le solfège, c’est quoi ?

Le solfège désigne à la fois l’étude et la méthode d’apprentissage du langage musical contenu dans une partition. Il s’agit d’apprendre à déchiffrer, transcrire et surtout jouer une partition musicale. Le solfège est en quelque sorte le langage musical qui permet de faire le lien entre ce que l’oreille entend et ce que le musicien reproduit du bout de ses doigts. Autrement dit, le solfège permet à un musicien de produire des sons qui, combinés et harmonisés selon un langage de notations et de rythmes précis, offrent une œuvre musicale unique et qu’il est possible de reproduire à souhait.

Dans le solfège, la partition est le support écrit qui permet de transcrire une œuvre musicale donnée. Elle peut être un support papier ou un support électronique. Une partition contient les notations de l’œuvre musicale. La notation constitue le cœur de la partition musicale puisqu’il s’agit des notes de musique que le musicien jouera, selon un rythme bien précis. Le rythme fait partie des éléments incontournables d’une partition. En effet, il imprime les temps de silence et la vitesse à laquelle le musicien jouera les notes.

En un mot, le solfège est en quelque sorte le passage obligé pour apprendre à jouer de la musique.

L’apprentissage du piano par le solfège

Apprendre le piano nécessite bien souvent de passer par le solfège. Mais pourquoi cela ?

Le piano est en réalité l’un des instruments de musique les plus complexes en termes de partition musicale. Cette complexité amène à devoir comprendre le langage musical imprimé par l’instrument au travers des notations et des rythmes. Notions-clés qui reviennent systématiquement en piano, la notation et le rythme permettront au musicien de jouer correctement une œuvre musicale de type classique. En effet, l’apprentissage du piano passe nécessairement par le classique. Le piano jazz et le style moderne ne figurent donc pas parmi les styles musicaux enseignés aux pianistes débutants.

Pour jouer du piano classique, il est souvent nécessaire d’apprendre le solfège. Mais ainsi qu’il a été dit, la notation et le rythme sont les éléments essentiels pour pouvoir jouer convenablement du piano. Inutile donc à ce stade de connaître l’intégralité du solfège, ce qui serait d’ailleurs une perte de temps. Le solfège rythmique et la lecture des notes suffisent pour un apprentissage correct du piano. Dans un premier temps, l’apprentissage sera axé sur le déchiffrage et la lecture des notes. C’est uniquement lorsque cela sera maîtrisé que le débutant apprendra à déchiffrer les rythmes. C’est en dernier lieu seulement que l’apprenti musicien pourra travailler et jouer sur de vraies partitions.

Les méthodes pour apprendre le piano sans solfège

S’il est vrai que l’apprentissage du piano se fait principalement par le solfège, il existe des méthodes alternatives. Celles-ci sont réservées aux personnes qui sont rebutées par l’apprentissage du solfège ou qui n’aspirent pas à devenir un grand musicien mais tout simplement à pouvoir jouer des notes ou des partitions assez simples, pour le plaisir.

On peut par exemple penser ici à une méthode comme celle de Yuri Lamarche, qui utilise les tablatures pour le piano. Une tablature est une représentation de la place des doigts sur l’instrument. Elles permettent ainsi de déchiffrer une partition sans connaître une once de solfège.

Ces méthodes alternatives ont cependant un point commun : le travail de l’oreille musicale. La méthode de l’oreille musicale consiste à se baser sur le sens de l’écoute musicale et à reproduire la note et le rythme entendus, sur le clavier. L’oreille et les doigts travaillent ainsi de concert pour reproduire des notes au plus près de celles que vous avez entendues et que vous souhaitez reproduire.

Autant se dire que cette méthode requiert tout de même de connaître au minimum les principaux accords musicaux, sans forcément être passé par le solfège. Une fois en connaissance des accords, il vous suffira d’avoir le sens de l’écoute ainsi qu’un bon sens du rythme.

Pour parvenir à reproduire une œuvre musicale de cette manière, il faut exercer son oreille à entendre les accords. Pour commencer, il vous faudra chanter à haute voix quelques accords basiques pour que votre oreille s’exerce à les retenir. Essayez par exemple de chanter un accord en trois notes, du type accord mineur, accord majeur et accord de 7ème dominante. Une fois la sonorité de l’accord inscrite dans votre oreille à force de la chanter, il faudra tout de suite après jouer la note et vérifier si elle correspond au son que vous avez produit en chantant l’accord.

Cette méthode qui requiert un grand sens de l’écoute, une bonne sensibilité des doigts au contact du clavier, ainsi qu’un minimum de connaissance des notes musicales et des accords, peut s’avérer efficace pour jouer des mélodies simples et des partitions pas trop complexes, sans avoir à passer par le solfège durant des années.

Bref, une méthode d’apprentissage du piano qui a de l’avenir et de bonnes perspectives en termes de coûts, de rapidité et d’efficacité…

Pour finir, voici quelques méthodes de piano sans solfège (la liste est à compléter) :